Le moment idéal pour commencer la rééducation périnéale

rééducation périnéale

Après l’accouchement, la jeune maman doit impérativement effectuer une rééducation du périnée. Mais quand faut-il commencer exactement et quelle méthode doit-on choisir ? Cette rubrique permet de faire le point avec le moment idéal pour débuter une rééducation périnéale. Mais avant d’aller plus loin, voici l’intérêt de procéder à ce genre de rééducation.

La raison principale d’effectuer une rééducation périnéale

La période de grossesse et d’accouchement met l’ensemble du corps à rude épreuve. Le périnée, une sorte de muscles qui s’étend de l’anus aux parties génitales, est le premier concerné. Il constitue un hamac entre le pubis et le coccyx et détient un rôle primordial dans le phénomène de continence et dans le soutien des organes digestifs. Après l’accouchement, une perte de tonus du périnée risque d’engendrer plusieurs effets secondaires à court et long terme si on ne procède pas à sa rééducation. À titre d’exemple, il y aura des douleurs lombaires, du prolapsus, de la diminution du plaisir sexuel ou encore des fuites urinaires.

C’est pour cela qu’il s’avère impératif de déterminer quand commencer la rééducation du périnée ? Que l’accouchement ait lieu par voie basse ou par césarienne, et plus particulièrement s’il y a eu une épisiotomie ou une naissance instrumentale, cette démarche ne doit pas être prise à la légère et doit s’effectuer le plus tôt possible. Alors, quand faut-il procéder à la rééducation périnéale après la naissance d’un bébé ?

Le moment propice pour commencer sa rééducation du périnée

Afin de redonner du tonus à l’ensemble de la région pelvienne et périnéale, il faut rééduquer le périnée. Cette étape permet ainsi de réduire les différents symptômes déjà présents tout en anticipant la survenue d’autres difficultés à l’avenir. Normalement, la jeune maman doit se rendre à un rendez-vous de contrôle six semaines après son accouchement. Lors de cette phase, la sage-femme ou le gynécologue procédera à la vérification que les organes ont repris leur place, que l’épisiotomie est correctement cicatrisée ou en train de l’être.

Ce contrôle consiste également à vérifier la tonicité du périnée. Lors de ce rendez-vous, il n’est pas recommandé de débuter la rééducation périnéale. Cela ne signifie pas qu’on ne peut pas commencer la rééducation périnéale. Au contraire, il est possible d’effectuer quelques petites contractions du périnée à domicile une semaine après l’accouchement. Toutefois, il faut absolument éviter de se lancer soi-même dans une rééducation avec une sonde ou de faire des abdominaux avant d’avoir fait évaluer l’état musculaire du périnée par un professionnel.

C’est juste après la consultation postnatale que la rééducation du périnée peut commencer, c’est-à-dire au bout de six semaines. Cette démarche se réalise en dix séances avec un kinésithérapeute ou une sage-femme, le tout accompagné de quelques exercices chez soi, plusieurs fois par jour afin que la rééducation soit efficace.

Au terme de cette période et au cas où les objectifs ne soient pas atteints, il est recommandé d’ajouter cinq à dix séances supplémentaires. Lors de la rééducation du périnée, le professionnel commence par un interrogatoire détaillé avant de réaliser un examen clinique du périnée pour tester sa tonicité. C’est à partir de ce bilan qu’il prescrit si on a besoin ou non de ces séances de kinésithérapie.